Histoire de la WiccaToujours restée dans l’ombre par ses adeptes qui tenaient à la conserver secrète, la religion des « sorcières modernes » est difficile à retracer dans l’histoire. Les historien(ne)s n’arrivent pas à documenter la Wicca avant 1951 et le travail de Gerald Gardner.

La Wicca est née d’un joyeux amalgame de la magie cérémoniale, de la mythologie, de la théosophie, des contes féériques, des légendes et du folklore, de la divination et aussi de l’imagination et croyances individuelles.

Il existe des traditions Wiccanes qui affirment descendre directement des lignées « originales » (par exemple, le style Gardnerien Anglais ou l’Alexandrien). Nous pouvons retrouver aussi des traditions créées par des auteur(e)s réputé(e)s. Et il y a bien sûr, des traditions qui se sont développées avec leurs propres valeurs et caractéristiques (Wicca éclectique). Certaines traditions se sont créées à partir de scission à l’intérieur de d’autres traditions plus anciennes (Georgien, Blue Star et Elite), certaines traditions sont exclusives et enseignent seulement aux initié(e)s (Gardnerien et Alexandrien) et d’autres qui vont enseigner presque tout le monde. Cependant, toutes et chacune partagent une base commune.

Gerald Gardner

L’Anglais Gerald Gardner passe une bonne partie de sa vie en Inde. Lorsqu’il revient prendre sa retraite en Angleterre, il est initié à la Wicca par l’entremise d’un groupe, le Coven de la Nouvelle Forêt, menée par une femme nommée « la vieille Dorothée » Clutterbuck. Cette femme était une sorcière par hérédité et son Coven existait depuis des dizaines d’années. Grâce aux enseignements du Coven de la Nouvelle Forêt, nommé aussi Wicca, et aux apprentissages acquis en Inde, Gardner donne naissance à que l’on connaît aujourd’hui de la Wicca Gardnerienne.

Il est certain que la Wicca Gardnerienne n’est pas née du jour au lendemain. Plusieurs autres ont contribué à son éclosion. Doreen Valiente est un exemple de valeur. Gardner est considéré par plusieurs comme étant le fondateur de la Wicca. Il commence à la pratiquer en 1939 et il l’officialise en 1951. En 1964, elle est amenée en Amérique du Nord par Raymond et Rosemary Buckland, tous deux initiés par Gardner lui-même. Il existe des écrits de d’autres Wiccan(ne)s qui se sont établis aux États-Unis, et possiblement au Canada, avant 1965. Cependant, c’est surtout avec les Buckland que la Wicca connaît son véritable essor. La Wicca Alexandrienne arrive aux États-Unis en 1964 mais elle est considérée comme une branche de la Wicca Gardnerienne. En 1951, la dernière loi interdisant la pratique de la sorcellerie en Angleterre est abolie. En 1954, Gardner publie « Witchcraft today » affirmant ainsi que la Wicca est belle et bien existante et qu’il est sorcier lui-même. Il devient alors une célébrité aussitôt et pour le restant de ses jours les médias le surnomme « the official Witch of Britain ». Il termine ses jours en fondant un musée de la sorcellerie et déjà, lors de sa mort, plusieurs Covens basés sur la tradition Gardnerienne sont formés en Angleterre, en Europe et en Amérique de Nord.

La Wicca aujourd’hui

Depuis trente ans, la Wicca prend de plus en plus d’expansion, surtout aux États-Unis. L’événement du 31 octobre 1979 marque à jamais le visage de la Wicca. Durant ce jour, deux livres sont publiés : The Spiral Dance par Starhawk (1979, 1989 et 1999) et Drawing Down the Moon par Margot Alder (1979, 1986 et 1999). Même si la population entendait parler de la Wicca, jamais on avait écrit de documents scientifiques sur le sujet. En plus de démasquer la spiritualité, on y raconte qu’ils existent des Wiccan(e)s partout. Ceci en résulte alors une explosion de nouveaux adeptes, autant pour la Wicca que pour le néo-paganisme en général. Grâce à ces deux ouvrages, on assiste à une révolution et la Wicca est introduite dans la vie quotidienne. Depuis 1986, la Wicca est une religion légale et officielle aux États-unis et les Wiccan(e)s sont protégé(e)s par des lois constitutionnelles.

On ne sait combien il existe de Wiccans et de Wiccanes à travers le monde étant donné le caractère secret. Cependant, des statistiques ont démontré qu’il existait au moins 100 000 Wiccains et Wiccanes officiels seulement aux États-Unis. Il existe une communauté très importante de néo-païen(ne)s au Québec mais aucun chiffre n’est disponible en ce moment.

La néo-wicca

La Néo-Wicca n’est pas un terme reconnue ni officielle mais il est de plus en plus utilisé pour marquer cette différence entre la Wicca telle que définie par Gardner et celle qui a évoluée vers une pratique qui intègre le concept de mélange entre sorcellerie, occultisme occidentale, paganisme, orientalisme et chamanisme sans respecter à la lettre certains principes comme, par exemple, la pratique skyclad, la croyance en un dieu cornu et la triple-déesse et la célébration des 8 sabbats de la roue de l’année.

Ce qui différencie un Néo-Wiccan d’un Néo-Païen, à mon sens, est dans l’intention ou l’objectif à atteindre. Le Néo-Paganisme est préoccupé principalement par la reconstruction des systèmes de croyances associés aux anciens cultes païens tandis que la Néo-Wicca intègre l’étude de l’occultisme dans un contexte contemporain tout en s’inspirant des anciennes religions païennes qui ne sont pas l’unique préoccupation.

Pour en lire plus sur la néo-wicca, lisez la suite ici.

Pin It on Pinterest

Share This